[CRITIQUE] Vous n’avez sans doute pas raté le retour on the top des Carters la nuit du 16 au 17 juin. Tourné à Paris et plus spécifiquement au Louvre, APESHIT, leur dernier clip vidéo enregistré deux nuits au musée dans une discrétion la plus exemplaire, peut être considéré visuellement et musicalement comme le titre phare de ce nouvel opus. « EVERYTHING IS LOVE » en titre d’album, c’est s’afficher plus fort et unis dans un album commun, rien de mieux pour rassurer leurs millions de fans à travers le monde suite à la révélation de la tromperie de JAY-Z. Beyoncé et son mari, connus pour leur influence dans l’industrie de la pop américaine semblent exercer un certains attrait pour les œuvres picturales européennes, et tout comme leur ami Kanye West, ils revisitent et utilisent à leur manière les tableaux des plus grands artistes peintres des siècles passés.

Ses dons de danseuses ne sont pas inconnus, les clips de Beyoncé depuis Run The World (Girls) sont rythmés par des pas de danses afros et cette fois-ci, la star américaine a une nouvelle fois flashé sur une danseuse française, nommée Josepha Madoki. Découverte peu avant le tournage du clip à l’Opéra Garnier, la jeune danseuse professionnelle originaire du Congo a dû se familiariser rapidement avec les murs du Louvre, là où deux nuits consécutives ont été accordés au tournage d’APESHIT.

Focus sur nous

Dans ce clip, nous pourrions penser que les éclairages sont tournés vers les tableaux du célèbre musée parisien, mais chers amoureux des peintures, vous pourriez être déçus. Dés le début du clip par leur posture et leur habillement, le duo incarne le pouvoir au 1er plan du cliché. Quant à la célèbre Joconde de Leonardo, celle-ci n’est considérée que comme un fond. Image forte en symboles. Vous vous rappelez sans doute grâce à vos anciens cours d’histoire que Le Louvre était l’ancienne demeure des rois de France, peu avant le déménagement à Versailles. Avec ces costumes qui incarnent à nos jours le respect et le pouvoir, se positionner de manière droite et face aux tableaux, place directement le couple comme le roi et la reine de la Culture. Les leaders de l’industrie de la pop semble comme vouloir prendre le dessus sur les grandes œuvres picturales. Dans cette vidéo, s’enchaîne la présentation d’un bon nombre de tableaux, mais ici, ils ne sont considérés que comme de simples décors et cadres architecturaux très impériaux. De La Vénus de Milo, à la galerie d’Apollon, en passant par la grande séquence de waacking devant le Sacre de Napoléon de Jacques-Louis David, une des Queen de la Pop importe sa culture afro dans des lieux très genrés.

L’impératrice de la pop aux services des minorités

Toujours très proches du Président Obama et de sa femme Michelle, les Carters, dés les émeutes à Baltimore en 2008 font une musique de plus en plus engagée. Depuis son combat pour les femmes, Beyoncé milite de plus en plus et particulièrement à travers ses clips. Rares sont les danseuses Blanches dans les vidéos de la diva, un air de Black Panther régnait déjà dans les courts-métrages de l’artiste américaine. De plus en plus présente sur la scène internationale au profit des artistes Noir-es, le rapport aux cheveux commence même à changer. Alors qu’à l’époque de Crazy In Love les mèches étaient constamment lissées, désormais, on assume son nappy et son crépu; et ce, jusqu’à la couverture de l’album où on peut voir une femme coiffer le crépu d’un homme avec l’emblématique peigne afro.

A LIRE ››› l’article de society-magazine.fr « Because I’m nappy »

Se servir de l’art au profit de sa communication, ce n’est pas la première fois pour Bey. Le 1er février 2017, la chanteuse annonçait sa grossesse de jumeaux à travers une image mise en scène par l’artiste éthiopien Awol Arizku, qui reprenait le célèbre tableau La naissance de Vénus de Sandro Botticelli. Quelques mois suivants, c’est le rappeur Kanye West qui s’inspirait à deux gouttes d’eau près à l’une des peintures de Vincent Desiderio dans son clip Famous. Dans cette vidéo de 10 minutes, le rappeur dernièrement médiatisé suite à ses propos sur l’esclavagisme a représenté les corps nus de célèbres personnalités ; de sa femme Kim Kardashian, en passant par le Président Trump ou encore Taylor Swift, sa meilleure amie. LOL.

L’union des arts

Alors que pour Beyoncé et Kanye West par exemple, la peinture est utilisée afin des servir leur propos, chez Claire Laffut, la célèbre artiste hybride belge, l’union des arts est un processus automatique. Interviewée par Clique.tv, la jeune mannequin, peintre, directrice artistique, chanteuse, actrice et créatrice de bijoux éphémères a raconté son rapport aux différents média.

Si nous devions revenir à Beyoncé et à son travail, l’artiste n’est probablement pas à son dernier essai et d’autres clips ayant eux aussi cette empreinte très picturale devraient arriver tôt ou tard. Encore en 2014, c’est Lady Gaga dans son court-métrage G.U.Y. – An ARTPOP Film qui faisait de nombreuses références à la mythologie grecque ou encore au POP ART, et je crois que je vous laisserai les retrouver de vous même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *