A quelques jours de l’été, les sorties musicales fusent et les artistes ont été nombreux au mois de mai à nous partager leurs merveilles. Dans ce top, vous allez découvrir une sélection complètement hétéroclite, mais une sélection d’artistes que nous soutenons et aimons.

credit photo : Malory : Instagram (@yohannmalory) | Yseult : (c) Rayan Nohra | SYML : (c) Shervin Lainez

Tout commence le 3 mai avec la sortie du premier album de SYML. Artiste américain, il faisait d’ailleurs partie du groupe Barcelona. Aujourd’hui, Brian Fennell se lance en solo et cela pour notre grand, grand bonheur. SYML, n’a rien trouvé de mieux que de nommer son album, son premier, « SYML« . Sans doute avec la volonté de se présenter ouvertement à nous, Brian nous livre un album juste incroyable et sensationnel. Incroyable est un mot qui peut proposer bien des traductions. C’est le cas de cet album. De la joie à la nostalgie, en passant par la mélancolie, entre tempos rapides et lents, SYML nous ébranle, nous articule au rythme de sa musique. C’est un petit comme un voyage des sentiments et des sensations. Entre Clean Eyes , parfaite chanson à écouter au bord du piscine privée à Palm Spring, Break Free, où on a juste envie de défiler sur le catwalk, et Animal, qui est sans doute la plus belle chanson de cet album, SYML connait la musique et cet opus nous montre toutes les palettes que l’artiste est capable, et a envie d’exploiter. Se lancer en solo, c’est s’assumer seul sur scène, et SYML, avec particulièrement le titre « Animal », nous touche, et nous emmène avec lui dans cet inconnu qui effraie, mais parce qu’on n’est pas totalement seul ; rassure.

 

Après à la découverte d’un album, ce qui est de plus en plus rare, YOUR MAGAZINE a découvert ce mois-ci un EP. Guero, nous a sorti ce 10 mai, son premier bijou intitulé « Orgue » . EP de 4 titres, aux sonorités rock alternatif, Guero vogue également sur l’électro et la pop. EP qualitatif, il est le fruit de la passion, d’une passion profonde pour la musique. Dès 11ans, l’artiste grattait déjà sur sa guitare électrique. Enfant sensible, enfant solitaire, Robin de son vrai prénom, donne un sens tout particulier aux sons. Après avoir échappé à une surdité précoce avant son 10ème anniversaire. Robin a depuis cultivé sont ouï, et cet EP est une fierté, un témoignage, de celui qui a en quelque sorte eu une résurrection. De l’espoir malgré tout ce qui peut se passer, Guero se dirige désormais vers la scène pour défendre son projet artistique et nous allons le suivre, car il a quelque chose de profond à nous partager.

 

Que serait un top spécial sur le mois de mai, sans ce qui s’apprête à être la révélation féminine de l’année : Yseult. Son deuxième single Diego a été livré le 11 mai sur toutes les plateformes de téléchargements et depuis ce jour, ce son est joué tous les jours dans nos écouteurs. Yseult, artiste vraisemblablement fan du rouge, nous balance ce qui pourrait être un des tubes de cet été. Dès les premières secondes, tout est oublié, on a simplement l’envie de whiner jusqu’à ne plus pouvoir. Yseult avec Diego signe un titre ensoleillé, punch, qui fait bouger. La mélodie, les arrangements, il est toujours bien difficile de parler des musiques d’Yseult, car les titres suffisent à eux seuls. Yseult, artiste confirmée que l’on retrouvera particulièrement sur la scène de Cabourg, Mon Amour (Calvados, Normandie) le vendredi 28 juin prochain. Avec ce titre à l’opposé de son premier single Rien à prouver, Yseult nous partage l’éclectisme de son univers musical et toutes les hauteurs de sa prouesse vocale.

Après les découvertes exclusivement sonores, découvrons des clips, des vidéos musiques, tout aussi folles et fortes d’une qualité et d’une proposition assumée.

Commençons par Malory. Le 15 mai dernier, l’artiste nous a invité à ralentir un peu à travers le clip de son nouveau single Téléphone Pacifique. Artiste romantique, Malory nous plonge dans sa mélopée pop enivrante. A travers ce clip réalisé par Guillaume Doubet, on découvre une mise en scène complètement aboutie, qui résulte d’une proposition franche. Les plans s’enchaînent à des vitesses aléatoires, et de manière pas directement linéaire, mais qui apportent à la réalisation des sens. Invités à ralentir, on ne peut finalement que se lancer entraîner par le rythme que nous impose l’interprète. C’est seulement quand Malory prendra position de la caméra que nous pourrons réellement ralentir. Ralentir, ralentir, pourquoi ? Malory ne nous a pas encore tout dit, et la suite de son nouveau projet se fait plus qu’attendre. Artiste découvert récemment par la rédaction, ce ne sera sans doute pas la dernière fois que vous lirez son actualité sur notre site.

 

Enfin, après la jeunesse, et les âmes vives, partons à la découverte d’Eiffel qui a sorti son tout denier clip le 23 mai. Clip d’un titre extrait de leur nouvel album « Stupor Machine ». Le clip est sobre, épuré, et cela fait également du bien. A travers cette vidéo, Eiffel nous montre en toute simplicité comment on peut faire un bon clip qui sert à la musique. Sous la caméra de Julien Raynaud, les artistes « Chasse (le) Spleen » et nous propose un clip fou et loin du spleen baudelairien.

 

article publié le 4/06/2019 à 9h31

Stanley TORVIC on EmailStanley TORVIC on InstagramStanley TORVIC on Twitter
Stanley TORVIC
Fondateur et le rédacteur en chef de YOUR MAGAZINE. J’ai 20 ans et je suis en 3eme année de licence Arts du spectacle option Théâtre à l’Université de Caen. Entre le magazine et mes cours, je suis membre du bureau et du conseil d'administration de l'association caennaise Radio Phénix. Passionné par les arts et la culture, j’ai fondé YOUR MAGAZINE afin de rendre accessible la lecture et les arts aux jeunes désavantagés.

Une pensée sur “Malory, Yseult, SYML… le TOP 5 de Mai”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *