Celle qui a été désignée artiste féminine de l’année aux Victoires de la Musique 2017 a sorti son second album Souldier le 24 Août. Après Yanaka, (qui signifie « enfant » en malgache), l’autrice-compositrice-interprète est de retour avec un nouvel opus pop aux multiples références. Issues de ses voyages et de cultures qu’elle a pu rencontrer, elles vont de différents styles musicaux aux dessins animés en passant par le Moyen-Orient.

Fille d’une famille française expatriée, Jain a passé une partie de son enfance à Pointe-Noire, en République du Congo. Passant de l’Afrique aux Émirats Arabes Unis, elle arrive ensuite à Paris où elle rencontre le producteur Yodélice co-réalisateur de Souldier. Le titre de ce nouvel album, qu’elle définit comme « plus engagé » que son précédent, peut être vu comme un jeu de mots entre « soul », âme en anglais et « soldier », soldat dans cette même langue.
Jain explique que sa musique peut servir à la soigner, être une thérapie. Au 20 heures de France 2, elle détaillait « partir d’un sujet assez négatif pour en faire quelque chose de vraiment positif ». Ainsi, parmi les 10 chansons de ce dernier figure Alright, un single à propos duquel elle a confié raconter « une rupture sentimentale pas forcément autobiographique », mais aussi « le fait d’y faire face, de rester indépendante ».

 

 

Globetrotteuse, la jeune femme de 26 ans s’inspire de ses voyages pour produire sa musique. Elle prend aussi modèle sur certains styles musicaux, comme elle l’a déclaré : “La soul de mes parents, et mes années africaines sont ancrées en moi”. Aretha Fraklin, Otis Redding ou encore Janis Joplin font partie de ses influences et on peut même y voir un clin d’oeil avec la présence du mot « soul » dans le nom de son nouvel album : Souldier.  Mis à part ces styles, Jain est, selon ses mots : « une grosse fan de hip-hop surtout US ». Lorsqu’elle était de passage sur France 2 pour la promotion de son album, elle abordait cette culture hip-hop en expliquant qu’à la base de celle-ci : « ils reprenaient des samples, des bouts de musiques très connues et rappaient dessus ». Elle a relaté qu’elle avait fait pareil pour Inspecta, un morceau pour lequel elle a samplé le générique du dessin animé Inspecteur Gadget.

 

‪Merci pour l’accueil Julian Bugier & @france2 🙏‬

Une publication partagée par JAIN (@jainmusic) le


 

L’intégralité des titres présents sur cet album sont en anglais, tout comme toutes ses chansons. Celle qui est née à Toulouse expliquait sur France 2 avoir toutefois écrit des textes en français, mais sortir des chansons en français ? : « C’est quelque chose que j’ai envie de faire depuis longtemps, » elle continue son explication « je n’aime pas mélanger l’anglais et le français, je trouve que c’est deux langues, deux cultures différentes, là, j’avais vraiment envie de faire ce projet uniquement en anglais mais un jour pourquoi pas chanter en français mais dans un projet qu’en français. »

 

 

La « geek », comme elle a pu se définir, n’exclut donc pas de nous proposer un album dans notre langue. Elle co-réalise celui-ci (autrement dit elle « dirige la fabrication ») et a annoncé avec fierté son rôle pour le prochain : elle sera co-productrice (financera et concevra l’album). Avant de surprendre encore, sur Culturebox : « Ce qui est sûr c’est qu’à un moment je m’éclipserai de la scène. Je ne compte pas chanter jusqu’à 50 ans. Les tournées sont longues, c’est fatigant. Moi ce qui m’intéresse, c’est de produire et réaliser pour les autres. C’est passionnant de prendre un artiste sous son aile. Et il y a tellement peu de femmes qui le font. Ce serait une trajectoire rêvée. » Un rêve qui deviendra peut-être réalité …

 

Photo en Une : ©Ana Viotti depuis Flickr.

Pour écouter Souldier, cliquez sur le « ici ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *