Et oui, même 3 semaines après le festival, je suis encore et encore à l’ouest.

VENDREDI 21 SEPTEMBRE 2018. Direction la ville du Havre pour la 15e édition du Ouest Park Festival. A l’arrière de la voiture de Martin FAUTRAT, avec Pablo CHEVREL, deux jeunes cherbourgeois de la Radio RP, nous nous orientons tant bien que mal pour le Fort de Tourneville résidence du festival, ancienne caserne militaire, qui depuis 1983 est devenue une terre d’accueil pour les associations havraises et normandes. Il est environ 18h30 quand les phares de la voiture illuminent la façade de notre motel, je n’ai alors que quelques minutes pour prendre les clés et déposer mon sac, pour enfin me diriger vers le Ouest Park.

A mon arrivée, c’est Caroline MOREAU de Papa’s Prod, l’association organisatrice de l’évènement que nous reçoit, Romain CAPDEPON et moi.  Accueil plus que chaleureux et souriant, nous sommes reçus comme de grands rédacteurs.

psx_20181014_1744565642703301134766664.jpg
Photo : Romain CAPDEPON

Les festivaliers rentrent à leur tour dans l’enceinte du festival, et nous sommes aussitôt éblouis par la fameuse boule à facette que je voyais constamment dans la ma timeline Twitter. La plus grande du monde est suspendue quelques mètres plus haut au-dessus de nos têtes, quelques clics obligés s’imposaient pour immortaliser ce moment. Comment vous dire que nous en avions déjà plein les yeux.

psx_20181014_1801501168598801380004366.jpg
Photo : Stanley TORVIC

Comme à la maison

Avant que le premier concert commence, petit tour du Fort, et nous sommes tout les deux surpris par la taille du festival. Ni trop petit, ni trop grand comme l’est par exemple Lollapalooza Paris ; au Ouest Park, on se sent comme à la maison. Décor chaleureux, vintage, coocooning, on pénètre dans la demeure du Cha Papa’s. Petit chapiteau dans la cour du festival, à l’intérieur règne la bonne ambiance en concentré, des rires, des sourires, blancs, noirs, jeunes et moins jeunes, tout le monde se laisse transporter par la chaleur humaine de ce festival incarnée par ce lieu.

stanleytorvic_201810141836472995084526142744053.png

Le premier concert commence, on l’écoute de loin, nos estomacs crient famine, nos portes monnaies sont rassurés. Au coin restauration, en plus d’avoir du choix entre des burgers (avec option végé), du poulet yassa et des pizzas, nous sommes satisfaits par les prix plus qu’abordables des différents services.

Quelque temps avant le show de l’unique Roméo Elvis, on retrouve l’attachée presse Sandra NICOLAS de Panache!, qui s’occupe des interviews du festival, pour rencontrer et échanger avec le jeune rouennais, découverte des derniers Printemps de Bourges : Brookline. Toujours si serviable, disponible et adorable, elle nous emmène à la rencontre de cet artiste plus que prometteur.

L’interview sera disponible sur notre site, fin Novembre. 

Voilà que l’échange est enregistré, on peut profiter pleinement des artistes programmés pour la soirée. Roméo Elvis et son croco arrivent sur la scène, et mettent le feu sous le chapiteau du Ouest Park !

REVIVEZ LE MAXIMUM DES CONCERTS COMME CI VOUS Y ETIEZ VIA NOTRE COMPTE INSTAGRAM ET NOTRE STORIE SPECIALE OUEST PARK

Médine : la claque d’un Artiste incompris

De surprises scéniques en surprises, vient le moment où le rappeur havrais nommé Médine est attendu sur scène. Ne sachant pas trop à quoi s’attendre, on ne se place pas en tête de fosse pour pouvoir filer rapidement en cas de non accroche. Ca n’a été absolument pas le cas ! Alors que l’artiste annonçait quelques heures plus tôt dans la journée via ses réseaux sociaux, sa décision finale d’annuler ses dates au Bataclan après les polémiques inutiles (oui, oui) de certain-Es ; il est arrivé sur la scène du Ouest Park plus remonté que jamais.

Capture

En interview sur Technikart, le rappeur Klub des Loosers programmé lui aussi au Ouest Park partage avec Albert POTIRON ne pas vouloir donner au rap uniquement cette fonction revendicative. Chez Médine, l’art de la parole, l’art de la scène, ses musiques sont là pour partager ses sentiments, l’Histoire, avec cruauté, vérité et réalité. Dans ses textes, que de références, cet artiste manifestement incompris raconte l’Histoire de l’Humanité et l’actualité. Avec humour, il revient sur le bagarre d’Orly en décrédibilisant à son tour, toutes celles et ceux qui ont condamné Booba et Kaaris pour leur acte, les faisant être reponsables des tensions du monde du rap français, alors que comme le dit lui-même Médine : « Verlaine a tiré sur maître Rimbaud. » / « Bah ouais igo, ça s’clachait bien avant nous […] Je les ai vus venir hein, à rendre le rap responsable de tous les maux. A c’qu’il paraît on est violent, à c’qu’il paraît on est macho, à c’qu’il paraît, askip. […] Même Verlaine a tiré sur Rimbaud. »

Devant la scène du Fort du Ouest Park, Médine a réuni un nombre important de personnes. Il les a fait sauter, chanter… ne connaissant pas les titres, les oreilles pleinement ouvertes, j’ai apprécié cet artiste plus que je ne l’aurais imaginé. C’est avec les yeux trempés par cette union inébranlable entre un Artiste et ses fans , et ces mots, que je quittais sa performance.

Rappeur 2 force.

Encore un peu plus à l’ouest

Brookline©ML

Après la claque de Médine, rempli d’émotions, la soirée s’est poursuivie avec des artistes que j’attendais de (re)découvrir patiemment, et c’est le cas tout particulier de Tshegue et Brook Line. Coup de cœur définitif de Romain, Brook Line est monté sur la scène du Ouest Park avec il faut le dire, la scénographie la plus intéressante et élaborée du festival, avec un excellent jeu de lumière comme en témoigne la superbe photographie de Mickaël LIBLIN.

SAMEDI 22 SEPTEMBRE 2018. 12h00. Romain me quitte et je termine seul le festival.

Journée au programme légèrement moins mainstream, l’ambiance malgré la pluie ne descendait guère dans les hauteurs du Havre. Le festival commença sur du CHARLIE WINSTON !! Je suis aux anges, oops, à l’ouest. Like A Hobo, une de mes chansons préférées, Charlie apparaît sur scène avec un naturel et une simplicité mettant le public à l’aise. Il incarne lui aussi par sa présence et son aura parfaitement le festival.

Connue et pas des moindres, une petite touche caraïbéenne s’imposait en Normandie avec cette pluie qui voulait elle aussi faire partie du festival, et c’est Calypso Rose qui fut réquisitionnée pour la tâche. Le public dansait, chantait, zookait, le Ouest Park c’était transporté dans les Caraïbes le temps du concert. L’heure défilait, le moment de rencontrer The Soft Moon approchait. Interview très cool et au ton décontracté, vous la retrouverez très prochainement sur notre site le temps que nous fassions toutes les traductions.

Pas de Roméo Elvis ; Caballero et JeanJass ont apporté la petite touche de rap, r&b pour ce second jour. A des heures déjà bien tardives, le duo a réussi à ramener en l’espace d’une heure cette ambiance de boite de nuit au Ouest Park. C’est en tout cas avec de très bons souvenirs que je quittais cette seconde journée.

REVIVEZ LE MAXIMUM DES CONCERTS COMME CI VOUS Y ETIEZ VIA NOTRE COMPTE INSTAGRAM ET NOTRE STORIE SPECIALE OUEST PARK

Equipe2-Boule-WL

DIMANCHE 23 SEPTEMBRE 2018. Therapie Taxi, en studio c’est sympa. Sur scène, autre chose. Mezzanine, une excellente découverte.

psx_20181014_2122533923730650633516702.jpg
Mezzanine sur la scène du Ouest Park |Photo : Stanley TORVIC

Vous parler de cette journée, j’ai longtemps hésité. Malgré un réel amour que j’éprouve pourtant  avec mes écouteurs pour le groupe Therapie Taxi, sur scène, c’est une grande déception. Je ne sais ce qui s’est passé, mais le concert n’a jamais vraiment décollé. Heureusement que Mezzanine avait bien ouvert cette ultime journée. Au parcours très intéressant, la folk, la pop, le naturel de Mezzanine a été très communicatif. Drôle, touchant et sincère, c’est une excellente découverte scénique que je venais de faire.

L’interview sera disponible dans notre prochaine revue.

Ouest Park Festival, merci

3 semaines après, je vibre encore après le Ouest Park. Festival sincère, chaleureux et d’un accueil sur place d’une très grande qualité. Les 18 000 festivaliers de cette édition ont eu pour leur argent. Les sceptiques, vous n’avez aucune raison pour rater la prochaine édition, nous nous croiserons très probablement. Aux 200 bénévoles de ce festival, je vous félicite. Sandra et Caroline, merci.

Nous irons encore et encore au Ouest Park !

Une pensée sur “Je suis à l’Ouest Park, encore et encore”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *