Samedi,  alors que YOUR MAGAZINE, L’Art Régnait et tant d’autres, étaient au Ground Control à Paris dans le 12e arrondissement pour le Quartier Général d’Animafac, dans des arrondissements voisins, le 18e acte des Gilets Jaunes prenait une dimension très particulière. Comme un spectacle sans fin, alors que le calme revenait, un nouveau coup de théâtre nous sonne. Qu’est-ce que cela dit de notre France ?

Le Fouquet’s incendié, Zara incendié, banque incendiée ; tout est incendié ! La plus belle avenue du monde part en fumée, chaque samedi, mais que ferons-nous quand le feu ne pourra plus être éteint ? En Algérie, Bouteflika n’a pas attendu la guerre civile, avant de renoncer à une 5e candidature face aux cris de la rue. Alors qu’attend notre président pour réagir sérieusement ?

Dans l’entre deux tours à la présidentielle de 2017, lors du mythique débat entre Le Pen et Macron, la présidente du Rassemblement National a dit quelque chose de très intéressant : « Monsieur Macron est le candidat de la mondialisation sauvage, de l’ubérisation, de la précarité, de la brutalité sociale, de la guerre de tous contre tous, du saccage économique notamment de nos grands groupes, du dépensasse de la France, des grands intérêts économiques, du communautarisme. »

Erreur à ceux qui penseront que je fais la promotion comme LCI à la peste noire de notre siècle.

La Tribune >> Monsieur Macron, le bien public, c’est la liberté d’informer

Samedi, un kiosque a été lui aussi incendié. Les journalistes crient, pleurent, et dénoncent une haine envers leur métier. Mesdames, messieurs, que voulez-vous faire quand Trump tout comme Macron cadenassent les responsabilités du métier de journaliste ? Quand notre pouvoir exécutif dit vouloir garantir la liberté de la presse, mais qui de l’autre côté la critique ouvertement sur son implication dans l’affaire Benalla. Quand sa police matraque weekend sur weekend des photographes et reporters, et qui tente à travers une charte de la déontologie, avoir un droit de regard sur les enquêtes secrètes de nos journalistes. Mais comment pouvons-nous avoir encore confiance à la presse, quand les journalistes télévisuels, comme le condamne Télérama, préparent l’irrésistible ascension de Marine Le Pen ?!

Télérama >> LCI orchestre le “retour en grâce” de Marine Le Pen

Qu’est-ce que cela dit de notre France quand BFMTV, puis LCI [donc TF1], organisent soirées sur soirées des programmes voulant redorer l’image du Rassemblement National ? Sondages sur sondages, ces chaînes montrent une Le Pen plus humaine, plus belle, plus choupinette. Le diable n’aura sans doute jamais autant été idolâtré par ce type de journalisme. Qu’est-ce que cela dit de notre France quand France 2, le service publique, indirectement l’Etat, n’invite pas le Parti Communiste Français au débat organisé pour les Européennes par la chaîne ? Qu’est-ce que cela dit également de notre France quand Macron annonce suite aux débordement sur les Champs vouloir instaurer : « des décisions fortes pour que cela n’advienne plus » ?

[UPDATE : France 2 a finalement invité Ian BROSSAT (PCF) après la diffusion de l’édito au débat organisé, mais Benoît HAMON (Génération-s) n’est toujours pas sur la liste des convié-es]

L’Humanité >> Démocratie – Ian BROSSAT sera bien sur France 2

Une loi encore plus forte que cette fameuse loi anti casseur, mais également anti démocratique. Comment une loi aussi folle peut-elle être adoptée plus rapidement que la loi mariage pour tous, alors que de réels débats auraient dû être instauré, car celle-ci entrave la liberté de chacun à manifester. Nous avons fermé les yeux face à un pouvoir plus en plus autoritaire.

Vendredi, un attentat frappait la Nouvelle-Zélande. Des musulman-es ont été assassiné par un terroriste d’extrême droite en pleine prière. Si cela aurait eu lieu en France, dans une église, nous auront été submergé d’éditions spéciales, décryptages, programmes télévisées basculés, notre Tour Eiffel aurait été autrement colorée, mais non, vendredi, la presse, la télé a préféré parler de la polémique sur le Burkini, de laïcité, quand ce terroriste laissait un document sur un air islamophobe, que oui, la France entretient.

En une de l’Express : « Islam, le danger communautariste » ou encore : « La république face à l’islam », pour le Courrier International : « Violence et Islam », notre cher  Figaro se demande : « Serons-nous encore français dans 30 ans ? », quand plus tard, le journal du même groupe du nom Valeurs Actuelles s’exclame : « L’invasion des mosquées » !!!

Depuis des années, Charlie, notre presse, et cela grâce à notre passivité alimente l’islamophobie en France. Alors que Macron donnera mi-avril un bilan du Grand Débat, en mai, un énième appel aux urnes pour les Européennes. Bien que la télé semble annoncer 2 seuls candidats, sachez que les listes sont divers et variées.

Qu’est ce que nous dirons à la jeunesse de demain, quand on aura à leur rendre des comptes sur notre inactivité face à l’ascension de la haine de tous contre tous en France ?

 

Edito diffusé dans l’émission La Méridienne sur Radio Phénix le 18 mars 2019.

Stanley TORVIC on EmailStanley TORVIC on InstagramStanley TORVIC on Twitter
Stanley TORVIC
Fondateur et le rédacteur en chef de YOUR MAGAZINE. J’ai 21 ans. Après une licence en théâtre, je suis aujourd'hui en école de communication. Entre le magazine et mes cours, je parraine un jeune par le biais de l'association Thélémaque. Passionné par les arts et la culture, j’ai fondé YOUR MAGAZINE afin de rendre accessible la lecture et les arts aux jeunes désavantagés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *