(Selon sa définition, la musique psychédélique c’est une musique qui emporte, qui emmène ailleurs.)

Parti d’Oran en Algérie, Étienne DAHO a voyagé jusqu’en Angleterre. C’est à Londres qu’il se pose pour écrire puis enregistrer son onzième album studio Blitz. Ce mot allemand veut dire « éclair » et fait référence à d’anciens bombardements menés sur la capitale anglaise.
Ce climat est, selon l’interprète, toujours actuel avec les attentats et le Brexit qui hantent les Londoniens. De son enfance en Algérie alors en guerre, il en retient aujourd’hui une sensibilité à la violence, aux tensions.

Avant la sortie de ce nouvel album, Étienne DAHO dévoile Les flocons de l’été, un morceau évoquant le mois d’Août 2013 qu’il a passé dans une chambre d’hôpital où il a failli mourir.

Les flocons de l’été est dans cet album Blitz enregistré à Londres. « C’est la « Smoky Town » une ville saturée de légendes selon les mots du chanteur. En étant à cet endroit, il cherchait donc à s’approcher de musiciens pop rock qui l’inspirent depuis toujours : David Bowie, Pink Floyd ou encore Lou Reed.

Plus de la moitié des chansons ont été conçues avec Fabien Waltmann un musicien visionnaire qui avait déjà travaillé avec lui sur son album Éden sorti en 1996 . Fabien Waltmann a aussi collaboré avec d’autres personnes comme Françoise HARDY ou encore Katy Perry.

Syd bis.jpg

Pour Blitz, il révèle s’être inspiré de Syd BARRETT, le fondateur du groupe de rock psychédélique britannique Pink Floyd.

Le français trouvait la vie de celui-ci énigmatique : de 24 à 60 ans, Syd BARRETT a complètement arrêté la musique et personne ne sait ce qu’il a fait pendant ces années. Le musicien britannique est né à Cambridge, il a habité Londres à Earl Court à 100 mètres de l’endroit où Étienne habitait.
Le chanteur français a pu visiter cet appartement et était tellement inspiré qu’il a écrit trois chansons dans les jours suivants.
Parmi ces titres, Chambre 29 qui tire son nom du numéro de l’appartement.

Le titre Après le Blitz fait partie des chansons proposées sur cet opus. Dans celle-ci il y chante

« Toi et moi, nous resterons légers face au danger / Nous resterons dressés face au danger. »

Comme il a pu le dire , c’est le thème de tout ce disque, il faut rester debout. Plus que jamais.

Étienne DAHO qui est souvent qualifié de « patron, pape ou parrain de la pop » a avoué que s’il n’avait pas été chanteur, il aurait pu être photographe. Aujourd’hui, s’il prend des clichés c’est pour le plaisir, il a par ailleurs plusieurs fois décliné lorsqu’on lui a demandé de faire la pochette d’un album.

Pour la pochette de Blitz il a fait appel au photographe turc Pari DUKOVIC. C’est lui qui a parfois pris en photo Barack OBAMA ( vous pouvez voir une photo en cliquant sur la phrase précédente).

La pochette :

Blitz petit bis

Étienne l’a choisi parce qu’il aimait les photos de l’ancien président des États-Unis qu’il a faites. Mais ce n’était pas la seule raison, il l’a aussi choisi parce qu’il « ne photographiait pas de pop star mais des personnages comme ça ».

Cet opus s’ouvre avec ces mots :

“Il y a une autre porte dans le désert, ouvre-la, tu trouveras ici un autre paradis”

Ils sont du peintre post moderniste Duggie FIELDS colocataire de Syd Barett l’inspiration de cet album. Blitz, un paradis ? …

Le nouvel album d’Étienne DAHO est devenu disque d’or et il est disponible en physique depuis le 17 Novembre 2017, en vinyle ou en écoute sur Deezer et Spotify. Un teaser est disponibe sur YouTube, vous pouvez le voir juste en dessous de cette phrase.

Une pensée sur “Blitz d’Étienne DAHO : un album psychédélique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *