(c) Chloé PRUD’HOMME

Le spectacle musical : Baudelaire, les Fleurs Maladives, produit par l’association l’Art Régnait et mis en scène par Laura Henicker et Clément Bussy a effectué sa première représentation hier soir à 20h30 au Sillon, à côté de la MJC du Chemin Vert à Caen.

Le spectateur était dès les premiers instants emporté dans un univers unique à l’aide des jeux de lumières et de fumées ainsi qu’une atmosphère sonore enivrante. Le décor, pourtant simple était efficace. Rapidement changé par les acteurs, nous assistions à un enchaînement vif des scènes qui tenait le spectateur en haleine.

Sous un fond historique révolutionnaire, c’est Théophile Gautier  (interprété par Max Leneveuqui narre l’histoire de Baudelaire de son adolescence à sa fin tragique. Le spectacle est rythmé par des symboles forts. Les musiques sont très contemporaines et reprennent les textes phares de l’artiste comme « Le Spleen » ou « L’Albatros ».

A la fin de la représentation, une véritable standing ovation a maintenu le public debout et les longues minutes d’applaudissements mérités!  C’est un spectacle familial qui convient aussi bien aux adultes qu’aux jeunes étudiants. Baudelaire est vu d’une autre façon avec la musique actuelle. Le spectateur peut alors avoir une autre approche de la poésie.

 

La rencontre YOUR MAGAZINE avec Vincent Huguet (alias Monsieur Charles Baudelaire) et Clément Bussy (co-metteur en scène)  en L3 Arts du spectacle option Cinéma à Caen.

DSCN1195
Vincent HUGUET et Gaëlle HAMARD (La mère de Baudelaire) pendant les répétitions.

 

Avez vous déjà fait du théâtre ou des représentations artistiques? 

Vincent et Clément: Non pas vraiment, nous avons tout les deux découvert le théâtre et son histoire en Licence 1 avec le tronc commun (théâtre/cinéma). Nous préférons tout les deux la création cinématographique.

Avez vous passé une sorte de casting ?

Vincent: Je les ai croisé à la sortie du casting et Laura était un peu découragée alors je lui ai dit que je savais chanter. Je voulais rendre service. Elle m’a demandé d’enregistrer un son sur mon portable, au calme une fois chez moi et de lui envoyer.

Clément:  Au départ, Laura avec Alexandre (le président de l’Art Régnait m’ont contacté pour faire une musique pour une pièce, une comédie musicale sur le personnage de Baudelaire, un choix d’Alexandre qui aime beaucoup l’artiste. Quant à Laura, c’est la comédie musicale qui la passionne. La première musique est « Le Spleen » tirée du recueil des Fleurs du Mal. Il m’a fallu une bonne semaine pour la composer. Puis, Laura m’a proposé d’écrire le livret du spectacle et de co-mettre en scène le spectacle. Elle avait fait une base de script. J’ai fait des recherches sur Baudelaire, les éléments de sa vie et on s’est questionné sur les choix des éléments car il était impossible de « refaire » toute sa vie le temps d’une pièce (1h-1h30).

Avez vous eu peur ?

Vincent: Au début oui, mais Clément a su me mettre en confiance. Cela prend beaucoup de temps, surtout avec les études mais finalement on est embarqué, on y prend goût. Aujourd’hui, notre toute dernière peur est de le faire devant le public, comme toutes représentations ou prises de parole devant une assemblée. Mais c’est du bon stress!

Clément: J’étais tout de suite partant même si je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. Je n’avais vu que le Roi Lion plus jeune donc la peur était plutôt du point de vue artistique. Laura m’a donné des références à regarder comme Notre Dame de Paris ou Mozart l’Opéra rock . Mais on voulait s’en éloigner, on a pas le même budget ni la même place sur scène. On voulait vraiment mettre à nu la comédie. J’aime faire de la musique et de la création et le fait que ce soit des personnes que j’apprécie beaucoup qui me le proposent ont arrêté mes doutes.  J’ai eu peur au moment de la réponse de la mairie. J’étais en voiture quand j’ai reçu un appel de Laura qui m’annonçait qu’on était premier du concours Caen t’es jeune. C’est à la fois terrifiant, stressant et excitant. On a une bonne équipe! On peut compter sur les un et les autres.

 

En ce qui concerne les personnages, vous vous êtes basés sur les faits réels ou vous avez intégrés de la fiction? 

Clément: On a conservé les personnages importants de la vie de Baudelaire comme la mère, le beau père, Jeanne Duval (la maîtresse aimante), et on a intégré Théophile Gautier, à qui le recueil des Fleurs du Mal est dédié.

Quels sont les thèmes évoqués ?

Clément: Le passage à l’âge adulte, l’émancipation, la censure du recueil, l’envie d’exister, l’envie de prouver aux autres.

Quel est l’objectif ? 

Clément: Je pense que le but est de montrer une autre image de la poésie, une image plus accessible. Beaucoup de personnes pensent que la poésie est un art pour les plus cultivés. La poésie est souvent considérée comme de la lecture pour les plus littéraires. C’est ce que Laura voulait: confronter la comédie musicale, le style populaire à la poésie qui est le contraire aujourd’hui.

Vincent: La comédie peut pousser certaines personnes à s’intéresser à la poésie et à redécouvrir la musique. Personnellement, j’ai découvert la poésie grâce à la musique car il y a un lien redoutable entre les deux.

Est-ce compliqué de travailler entre amis?  

Clément: Comme tout projet, il y a eu des hauts et des bas. Il a fallut accepter les opinions différentes, prendre du recul sur soi-même, les autres et les situations. Parfois, notre amitié tournait autour du spectacle donc il a vraiment fallut qu’on travaille là dessus et  laisser de la place à notre amitié, ne pas faire de confusion. Mais aujourd’hui on est tous heureux que le projet aboutisse et qu’on soit réuni.

Si demain on vous fait une offre pour une future grande carrière dans le spectacle, que répondez vous ? 

Clément et Vincent: Ca dépend qui et pour quoi, mais bien sûr que l’offre se réfléchit, il ne faut pas dire oui à tout mais il faut saisir les opportunités à nos âges. Chaque portes qui s’ouvrent peut  être une chance. Il faut savoir se faire plaisir avec les chances qu’on nous offre. 

 

Merci à Clément et Vincent de m’avoir accordé une interview.

 

Une autre représentation gratuite aura lieu le 23 Mai à la MDE (Maison Des Étudiants) à côté de la MLI, au campus 1 de Caen à 20h.

Soyez nombreux, c’est un rendez-vous in-ra-table!

 

Lien facebook L’Art Régnait

Lien événement 23 mai

Océane CHAILLOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *