L’engagement citoyen se dit être de plus en plus « bourgeois » si on se réfère aux mots d’Enzo Villalta pour L’Alter Ego. Le terme peut choquer, pourra même surprendre, ce qui est sûr, c’est que les actions humanitaires se font de plus en plus nombreuses pour le bien de l’Humanité, à l’heure où parfois, on semble être dénoué de tous sentiments humains envers notre prochain. L’engagement humanitaire, c’est le besoin qu’a ressentit Mariame Dembele, la présidente de la jeune association Donia. Aujourd’hui, YOUR Magazine a le plaisir de vous présenter une association qui lutte contre les inégalités scolaires, car le monde de demain se doit être instruit, comment apprendre efficacement sans en avoir les moyens ?

Mariame et ses collaborateurs en métropole (Mariam Wague, Toumany Traoré, Aïssé Diakité) mais également au Mali (Mariam Dadnoko et Matou Keita),  luttent chaque jour pour la jeunesse de Bolibana, un quartier de la capitale malienne.

Elle nous raconte son histoire. Merci pour la jeunesse Mariame. Merci pour eux.

Sekhouh, bah vers l'ecole .jpg

Mariame Dembele : «J’ai réalisé un rêve, j’écris sa suite»

La plupart de nos vies devraient débuter comme dans un roman féérique, par « il était une fois ». Il était une fois toi, moi, nous. Nous décidions de réaliser nos rêves pour donner l’exemple à la jeune génération. Mon rêve, le plus beau de la liste de mes envies allait prendre naissance en Afrique et plus précisément au Mali.
Comme de nombreux enfants de la diaspora je vivais mes origines éloignées de leur essence. J’étais une africaine, parisienne de Bamako et je le vivais plutôt bien, à l’ombre de la chaleur du continent. Lors d’une journée froide, légèrement humide de l’hiver de l’année 2015 je ressentis un appel du cœur, une force intérieure me soufflait de me rendre sur les terres d’enfance de mes parents. Il fallait que je fasse un grand saut vers ce pays dont je ne connaissais encore rien. Je remplis rapidement mes formalités de voyage et pris la direction du Mali. Mes premières journées sur place furent pleines d’interrogations.

J’arrivais dans un monde aux antipodes du miens, peu d’éclairage, un manque d’activités pour la jeunesse, peu de perspectives d’avenir. Je passais principalement mon temps à accompagner mes neveux à l’école du quartier de Bolibana « Ahmadou Ly ». Ce que je vis derrière les murs de cet établissement allait changer ma vie de façon inattendue. Je rêvais d’aider l’Afrique et ce séjour allait m’aiguiller vers cette voix.

Se retrouver face à de telles inégalités, surtout lorsqu’elles sont liées aux enfants pousse à agir. Je voyais des classes pleines d’enfants, des enfants avec peu de moyens, seuls les enseignants disposaient de livre de classes. Comment apprendre à lire sans support, comment apprendre à armes égales avec le reste du monde lorsque vous ne disposez de quasiment rien ? Les interrogations se succédait encore dans ma tête, je ne savais pas comment j’allais m’y prendre mais je devais agir pour les enfants. Mon retour en France fut donc rempli d’une quête, je devais aider les élèves et ne surtout pas abandonner. C’est ce que je fis en fondant l’association Donia. Mes collaborateurs et moi travaillons avec des acteurs locaux car qui est le plus à même de nous aider à bâtir ce rêve si ce n’est ceux qui vivent les réalités du pays au quotidien ? Une équipe se mettait en place avec chacun un rôle particulier, nous collecterions en France et nos ambassadeurs achemineraient les dons vers les enfants. Ils assureraient la distribution et maintiendraient les relations avec l’équipe enseignante.

Depuis 2015, nous parrainons l’école Ahmadou Ly à Bamako. Le but est d’offrir aux 424 élèves un kit comprenant un livre scolaire (acheté auprès du libraire du quartier pour faire tourner l’économie locale) ainsi que des effets neufs récoltés en France (cahiers/ stylos/ crayons à papier pour éduquer les donateurs à n’envoyer que des effets neufs en Afrique).

Pour participer à nos actions vous pouvez :

– Faire un don en ligne : pour offrir un livre scolaire aux enfants -clique ici-

– Faire un don de cahiers / stylos/ crayons à papier : si vous résidez en Ile-de-France nous viendrons les récupérer.

Vous pouvez également déposer vos dons auprès de notre partenaire : Maison Château Rouge au 40, rue Myrha 75018 Paris, que nous remercions.

La suite de ce rêve ? Nous travaillons avec la fondation Florence en Afrique du Sud pour soutenir une école près de la ville de Durban. Ce projet fait suite à un voyage dans ce pays en 2017. Sans donations nous ne pourrons rien faire. Merci beaucoup

Contact :
Tél : 0033 6 49 19 78 36
Mail : association.donia@gmail.com

Facebook / Instagram / Tumblr : Association Donia

Merci YOUR Magazine pour cette carte blanche !
Bravo et merci encore de donner la parole à ceux qui vous le demande.

enfants Donia école .jpg

 

Mariame Dembele, présidente de l’association Donia.

2 pensées sur “Mariame Dembele : « La plupart de nos vies devraient débuter comme dans un roman féérique, par : il était une fois »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *