25 Avril 2019, Strasbourg.

Une ovation marque l’entrée de Worakls Orchestra. Le public vient voir un compositeur de musique électronique aux mélodies vibrantes, accompagné par l’Orchestre de Fourvière. Le show assorti aux basses envoûtantes commence à nous emporter en douceur. La chaleur monte quand l’artiste joue ses morceaux phares, il s’adresse à ses fans de longues dates.

Le son est « léché », aucune fausse note. L’ensemble se marie à merveille. L’ingénieur du son connaît son rôle. Dommage, côté lumière on se contentera d’une élaboration plutôt classique. Il manque de spécificité, comme un logo, un écran, un détail qui le rendrait unique. Bien sûr, il faut prendre en compte la mise en avant de l’ensemble des musicien.ne.s, un défi de la prestation visuelle à ne pas négliger. Malgré un petit hic niveau unicité, le show visuel se couple bien au show musical.

Le concert continue de plus belle ! Au plus grand bonheur des musicien.ne.s, la foule se déchaîne. Worakls fonctionne aux cris, il est passionné par son art.

L’orchestre, lui aussi, ressent ce qu’il joue. Il s’amuse à faire danser. La troupe semble très bien s’entendre. Déjà une heure de show! On imagine qu’au vu de la puissance qu’elle y met, ce doit être bientôt la fin. On arrive toujours à se faire surprendre par des explosions en plein moment de calme, ou inversement, des explosions qui durent pour le plaisir de garder la tension. Le pari de Worakls était de faire tendre sa musique vers une musique de film. Non seulement c’est complètement réussi, mais en plus, ça fait danser, sans forcément connaître le répertoire par cœur. La troupe fait de la musique par passion, ça s’entend, se voit et se vit !

Le batteur saute sur son siège au rythme de ses percussions et les cuivres dansent. Dix-huit personnes sur scène, pour notre plus grand bonheur. Pour l’orchestre, ce projet était un défi, un challenge qui sort de l’ordinaire : « Pour la plupart, on vient du classique, on a nos différents style que ça soit la funk ou encore le jazz, la musique électronique était un pari audacieux ». En effet, c’est une initiative novatrice. On pourrai notamment citer Odesza – même s’ils s’apparentent plus a un band – ou encore Meute – plutôt fanfare qu’orchestre -. Tous ont mené un projet qui prend une direction s’approchant de celle-ci, sans en avoir la même envergure.

Gros clin d’oeil à la prod, ils sont pros, réactifs et à l’écoute. Bravo à eux !

Est-ce que je vous conseille ce show ? Évidemment ! C’était vraiment inattendu et incroyable. Le groupe a du talent, ils, elles sont amoureux.ses de musique. Worakls était bluffé par le public strasbourgeois : « Incroyable ! Je ne m’attendais pas du tout à ça, c’était d’une violence ! ». 1h30 de surprise pour le public, on avait pas vu un show si long depuis longtemps. En un mot, grandiose. À voir absolument !

 

Si vous n’avez pas l’occasion d’aller les voir en concert, ils ont eu l’occasion de faire un live pour Cercle :

[Edit] : Lundi 13/05/2019 à 19h10.

Bryan ROILLE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *