10 Mai 2019, Strasbourg.

22h30. Pogo. Lord Esperenza commence fort. Comme à son habitude le public strasbourgeois est bouillant. Lord est préparé à ça et connaît son public. Il prend rapidement ses marques, naviguant d’un bout à l’autre de la scène. Ses fans l’accompagnent au fond de ses rimes. Les morceaux défilent et le public ne s’est toujours pas calmé, les pogos s’enchaînent toujours, Lord en joue. Ses instrumentales profondes et trap incitent et invitent à bouncer face à lui. Le turn-up continue, aucune bribe de fatigue en vue, que ça soit pour l’artiste ou les spectateurs.

Soudain, Lord Esperanza joue un morceau plus calme de son répertoire, reposant, ça plaît a beaucoup. Mais, encore un pogo… Malheureusement parmi le public, certains n’étaient là que pour ça, au détriment de ceux qui n’en avait pas forcément envie selon moi. Pas de repos pour la partie du public qui le souhaitait, le show continue avec Majeur Mineur – beatmaker et acolyte de longue date – qui descend de son estrade afin d’assister la voix de Lord Esperanza.

Celui-ci a prit la décision de ne pas avoir de backeur. Rôle qui plaît apparemment à Majeur Mineur, il assume la tâche de rester sur scène quand son compère décide de descendre en fosse. D’ailleurs il se fera même le plaisir d’y descendre deux fois, la première pour créer un immense cercle au milieu de la salle, et la seconde afin de vagabonder tandis qu’il joue une musique plus mélancolique.

De retour sur scène, son dynamisme cohabite aux côtés de son envie de montrer à ses fans qui il est vraiment : Simple et honnête. Lord aime ses fans, au point de sortir de la salle pour parler avec tout ceux qui le souhaitent à la fin de la soirée. Il a une considération pour chacun.e. d’entres eux.elles. Comme il le dit lui-même : « Sans eux je ne serai pas là ».

C’est pour eux qu’il a mis ce show en scène, la scénographie est simple mais efficace, un logo rétro-éclairé devant une estrade sur laquelle est posté Majeur Mineur. La mise en lumière de l’ensemble se marie plutôt bien. Calme rime avec douceur, et le turn-up rime avec énergie. L’alternance entre les couleurs et l’ensemble du show visuel est parfaitement contrôlée. Ça met dans l’ambiance.

Évidemment turn-up rime encore et toujours avec pogo. Sur toutes les musiques du set d’une heure, seulement 2 musiques n’ont pas eu droit à leur pogo. Présent même sur la musique « Drapeau Noir ». C’est aussi durant cette musique que je me suis rendu compte que Lord maîtrise sa voix. Il la connaît et sait l’utiliser à son avantage.

Au sujet de la soirée, celle-ci était un peu spéciale, ce concert était dans le cadre de la tournée Europavox. La soirée était composée de stand-up, débats au sujet du vote pour les élections européennes puis deux concerts. Comme il me l’a dit lui même « Trop chaud le concert à Strasbourg, bête d’ambiance, en plus le concert était gratuit et c’était pour la bonne cause ».

Artiste engagé aux textes percutants, Lord s’inscrit dans une démarche militante. Il souhaite toucher son public, lui faire prendre conscience de la situation actuelle. Sa sincérité lui permettra de continuer longtemps. Lord s’impose comme un acteur de la prise de conscience.

L’album « Drapeau Blanc » est sorti aujourd’hui : 24/05/2019. Dont voici le dernier clip : « Autre Verre »

Bryan ROILLE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *